GABON : L’expérience de formation de formateur en technique de fabrication de savon et détergent

GABON : L’expérience de formation de formateur en technique de fabrication de savon et détergent

Au courant du  mois de janvier 2011 et pour une durée de 14 jours, nous nous sommes rendus au Gabon pour une mission de formation des formateurs sous l’initiative de l’ONG PMCJME (Pour Ma Communauté Je M’engage) qui est une ONG qui œuvre dans le cadre du développement rurale depuis plus de quatre ans. L’objectif de la formation était de disposer d’un pool de formateurs capables de promouvoir et d’accompagner des initiatives entrepreneuriales dans le domaine  de la fabrication des savons et détergents et autres produits dérivés.

Avant toute chose, il est important de présenter ce pays et pour le faire nous allons décrire le Gabon comme étant un pays  situé à l’ouest de l’Afrique centrale, traversé par l’équateur, faiblement peuplé. Voisin du Congo-Brazzaville, de la Guinée équatoriale et du Cameroun, c’est un pays forestier où la faune et la flore sont encore bien conservées. Ancienne colonie française, le Gabon est indépendant depuis 1960.Le Gabon compte prés de 1 526 983 habitants. Une population très faible qui dépend de l’importation de la quasi-totalité des produits de premières nécessités des pays frontaliers. La productivité locale est très faible dans le domaine agricole et des produits d’entretiens chimique et cosmétique.

Faire du Gabon un pays émergent, est la vision de l’actuel président qui met progressivement en place de nombreux programme de promotion de l’entreprenariat en milieu urbain et rurale, même []si la population qu’on connait un peu paresseuse à du mal à s’y faire a cette nouvelle politique. Nous avons espoir qu’elle aboutira avec le pool de formateur désormais disponible dont la mission est de susciter l’engouement dans des initiatives entrepreneuriales et renverser la tendance actuellement qui laisse croire que seule l’expatrier peut faire du commerce et le Gabonais juste consommer. Hors pour acheter il faut générer des revenus et pour générer des revenus il faut entreprendre.  

Durant notre séjour en terre gabonaise, nous avons stimulé un grand nombre de personnes qui à nos jours sont en plein dans le processus d’entrepreneuriale avec l’accompagnement des formateurs qui nous représentent sur place.

                  

 

Si vous souhaitez vous aussi devenir formateur et nous représenter au sein de votre pays, en générant des revenus à travers des formations et des conseils aux populations locales, alors contacter nous .

CONTACT : 

Martial Gervais ODEN BELLA

 

+2376 75 69 70 32 / +237696319473

E-mail : groupebellomar@yahoo.fr   

 

CREEZ ET VIVRE DE NOS COSMETIQUE EN AFRIQUE : MISE A DISPOSITION DE FORMULATIONS, INFORMATIONS UTILES ET ACCOMPAGNEMENT…

CREEZ ET VIVRE DE NOS COSMETIQUE EN AFRIQUE : MISE A DISPOSITION DE FORMULATIONS, INFORMATIONS UTILES ET ACCOMPAGNEMENT…

Etre belle aujourd’hui et demain est le dessein permanent de toute femme en vue de se sentir bien dans sa peau et d’être appréciée par tous. La consommation moyenne en produits cosmétique mensuelle est de 10 Euros par femme Africaine, soit 6500 FCFA ou 13 Dollars. Si nous prenons un minimum de 300 millions de femmes en Afrique, le chiffre d’affaire estimé serait de 3 milliards d’Euros soit 1965 milliard de FCFA. Un vaste  marché dominé par des importations de l’Europe et de l’Asie de plus de 85%, ce qui se trouve être une très bonne opportunité entrepreneuriale pour toute personne désireuse d’investir. C’est dans cette optique que nous proposons en phase d’expérimentation sur une durée de deux mois (Mai et Juin 2011), un programme de mise à disposition de formulation, informations utiles et d’accompagnement à la création d’entreprise à distance et sur site selon la demande.

Objectif du programme : Promouvoir l’entreprenariat technologique à tout niveau et en tout lieu, dans les domaines   de la cosmétologie  naturelle et artificielle en Afrique.

Contenu du programme :

A)  Mise à disposition de formulations et des informations utiles pour une meilleure connaissance des domaines d’investissement suivant ;

ü  Shampooings pour cheveux sec et normal aux beurres de Karité, à l’huile d’argan et à l’huile d’avocat ;

ü  Gel douche naturelle ;

ü  Dissolvant à ongle ;

ü  Lotion éclaircissante ;

ü  Lotion corporelle ;

ü  Lait et crème aux beurres de karité et Cacao ;

ü  Parfums ;

ü  Savons de toilette intégrant des éléments naturels comme le beurre de karité, de cacao, l’huile d’argan, l’huile de macadamia, les extraits de plante…

B)  Accompagnement à la création d’entreprise ;

ü  Elaboration des procédures de production et de contrôle qualité ;

ü  Elaboration des bonnes pratiques de production dans chaque domaine d’investissement plus haut ;

ü  Facilitation du processus d’acquisition des équipements et des matières premières ;

ü  Assistance technique à distance à l’élaboration des dossiers de demande de financement

 A propos du promoteur ;

Martial ODEN BELLA,  est un jeune consultant-formateur Camerounais en développement d’activité génératrice de revenus et promoteur dans le domaine de la chimie industrielle. Il s’est intéressé à beaucoup de domaines donc certains étaient loin de sa formation diplômante. De la chimie industrielle très tôt commencée dans sa vie scolaire, il se forme et se perfectionne dans différents domaines dont celui des savons et détergents au cours de nombreux stages de formations et de formateur tant dans son pays qu’à l’extérieur.

Ces nombreuses années de recherche et d’expérience dans le domaine du renforcement des capacités des jeunes, femmes, professionnel  sur le continent Africain lui ont valu plusieurs distinctions honorifiques au Cameroun et la publication d’un guide pratique de fabrication de savons et détergents

Comment bénéficier de cette offre ?

Envoyer une demande d’information à l’adresse ;  groupebellomar@yahoo.fr appelez au +237 675 69 70 32

Martial ODEN BELLA

 

LIGNE DE PRODUCTION POUR LA FABRICATION DE SAVON

LIGNE DE PRODUCTION POUR LA FABRICATION DE SAVON

 

NOTION DE BASE SUR LES ÉQUIPEMENTS DE FABRICATIONS DES SAVONS ET DETERGENTS

DEMANDE  D’UNE LIGNE COMPLETE DE  PRODUCTION DE SAVON:

Vous êtes nombreux a nous demander tous les jours des proforma d’équipement de fabrication de savons et détergents.

 Pour procéder un choix d’un équipement il faut au prélable connaitre le type de savon que vous voulez produire,la méthode à employer et la capacité de production de l’unité que vous voulez acquérir. En outre vous devez avoir une connaissance du métier de savonnier. C’est dans ce cadre que nous vous invitons avant toutes initiatives entreprenariales dans le domaine a adhérer a notre programme de formation et de conseil a distance en technique de fabrication des savons et détergents. Envoyer juste un mail à groupebellomar@yahoo.fr ou appeler au +237 75 69 70 32 pour en savoir plus.

Une reférence de notre derniere session de formation des formateurs à distance au Sénégal

Informations et questions complémentaires  à la demande d’équipement

Afin de pouvoir préparer une offre personnalisée le fabricant / exportateur de machines pour savonnerie doit étudier en détail chaque demande.Pour un meilleur service et afin de vous éviter une perte de temps les usines des partenaires vous communique les proforma ci-dessus contenant les  informations essentielles et prix indicatifs vous permettant de préciser votre demande. 

 

A réception de la confirmation de votre demande celle-ci sera transmise  à

 

l’usine  partenaire et vous serrez mis en relation pour une éventuelle procédure d’achats .

 

En conclusion

 

Nous indiquer clairement :

 

– ce que vous cherchez

–  vos besoins spécifiques en rapport avec le produit fini

– Vos coordonnées complètes

 

– si vous disposez du budget estimatif requis ou à défaut comment vous envisagez  très précisément de financer votre investissement.

 

Dans l’attente de votre réponse nous vous remercions de votre intérêt, de votre

 

coopération et de votre temps

Pour un suivi de votre demande retourner  les informations éxigées et vos coordonnées complètes avec votre reponse. Merci.

PRESENTATION DES EQUIPEMENTS DE FABRICATIONS ARTISANALE DE SAVONS :  

L’équipement nécessaire à la fabrication du savon varie selon le type de savon que l’on souhaite produire .généralement on peux distinguer les chaudières pour le prétraitement des corps gras et pour la cuisson de la pâte de savon .Des moules en bois ou en métal( les mises) destinés à la solidification du savon , une table de coupe à laquelle on coupe le savon en barres et en morceaux, une balance pour la pesée des matières premières, un hydromètre pour mesurer la teneur des solutions de soude caustique et ou de postasse et dans certain cas du sel de cuisine , des cuves pour la préparation de la lessive de soude et ou de postasse et d’autres accessoires comme des gants , des seaux , des blousses en jeans longues manches .

 

  

1- Chaudière de prétraitement de corps gras ; 

Un fût  en fer ou en acier doux de 100 litres ou 200 litres avec un système d’évacuation au bas de la cuve pourrai faire l’affaire. cependant un cône surmonté d’un cylindre serait la forme idéale ,mais les formes cylindrique simples font aussi l’affaire si leurs hauteurs est suffisante. Au moins deux robinets sont aussi a apporter à des niveaux différents dont un en bas afin d’éliminer facilement les impuretés décantées. En outre le matériau à utiliser pour la confection doit pouvoir supporter le feu ouvert(feu direct) sur une assez longue période de chauffage. 

2- Chaudière de cuisson ; 

Il s’agit de cuve dont la taille et les matériaux varient selon le volume maximal de la pâte de savon ou du savon à produire et le procédé que l’on veux employer, mais qui sont normalement en acier doux, en inox ou en tôle galvanisée d’épaisseur appropriée. En général, la cuve a un corps cylindrique avec une base en tronc (pour permettre une évacuation facile pour la pâte de savon chaudes, avec un tuyau d’évacuation fixée à la base de la cuve. Pour des petites quantités de matières premières ( jusqu’à environ 200 litres ou kg), un fût métallique recyclé peut être utilisé et le mixage peut se faire à la main ( avec un bâton en bois ou en métal en dehors de l’aluminium et du cuivre).Un dispositif mécanique et ou de mixage automatique est nécessaire pour des quantités plus grandes(importantes). 

3-Cuve de préparation et de stockage des solutions alcaline 

La préparation de la solution alcaline doit se faire dans des récipients à large ouverture, construit avec des matériaux approprié pour résister aux attaques de la soude caustique et ou de la potasse. Des seaux ou des récipients en plastique hermétiques sont nécessaires.

 

4-Balance ;

 

 

La balance permet la détermination des quantités de matières premières  rentrant dans la fabrication du savon. la balance appropriée pour une saponification artisanale et semi industrielle doit être capable d’effectué des pesées d’au moins 100 kg de matières premières en une seule opération de pesage. On trouve des balances répondant à ce critère sur le marché. Dans un autre cas une balance de 20kg pourrai aller.

 

 

5- Densimètre ;

 

 

L’aéromètre (ou densimètre baumé) permet la détermination de la densité d’un liquide. Ce n’est pas très indispensable mais très utile pour mesurer la concentration exacte de la lessive de soude et ou de potasse. On la retrouve dans le commerce en tant que produit industriellement confectionné. En cas de non disponibilité locale, on peux s’approprier soi même un appareil : il peut être fais en verre avec en bas une petite quantité de plomb. On fait la graduation de la manière suivante : on laisse flotter l’appareil dans l’eau distillé de préférence, où l’appareil touche la surface de l’eau, on distingue 0°Bé (baumé) on recommence l’opération avec une solution de sel de cuisine ; avec 100g de sel de cuisine et un litre d’eau, ce point donne 10°Bé ; pour une troisième graduation, on emploi une solution concentré de sel de cuisine qui donne 24°Bé. En partant de ces trois point on peux facilement faire une graduation plus précise. Une autres méthode scientifique consiste à déposer un œuf ou une pomme de terre sur la solution alcaline quant ces objet flotte sur à la surface, la solution de soude ou de potasse à une teneur par exemple en soude pure de 180g pour chaque kilogramme de solution (18 %).

 

6 Moules (Mises) ;

 

 

Ils servent à couler la masse encore chaude et fluide du savon de dimension variable, ils sont au mieux construit en bois. Pour les savons issus du procédé à froid, les moules de grandes dimensions sont indiqués car ils permettent une bonne conservation de la chaleur de réactions. Pour faciliter le démoulage du savon, on dépose une bâche plastique dans le moule et on coule la pâte de savon dessus. Une autre méthode consiste à fabriquer des moules démontables.

 

7-Table à coupe ;

 

 

D’un sens général, la technique simple adéquate pour couper les blocs de savons en tranche, barre et en morceaux est d’utiliser des fils de fer (tendu ou non) et un marqueur de blocs de savons à découper. Cependant, il est conseillé d’utiliser une table de coupe pour des quantités plus importantes de blocs de savons, la surface de coupage d’une table de coupe doit être recouverte d’une tôle inoxydable et bien lisse pour faciliter le glissement des blocs à découper, la tôle inoxydable assure une longue vie à la table de coupe par ses propriétés de résistance aux produits acides. Dépendement des concepteurs , la table de coupe mesure 1,20m ou 1,80m avec une barre transversale, dans le sens de la largeur à travers sa ligne médiane et des planches mesurant 9cm de hauteur fixés dans le sens de la longueur de chaque de chaque côté. De part et d’autre de la table de coupe, le long de la barre transversale l’intervalle entre chacun des deux fils est réglé de manière à donner dimension des tranches de savons quant on les découpent. Des séries analogues de fils de coupe sont fixées de l’autre côté du modèle pour découper les tranches en barre ou en morceaux. La masse de savon est tranché par la poussé a contre sens des fils de coupe.

 

8- L’estampeuse à savon ;

 

 

Pour donner une présentation commerciale aux morceaux de savon, leur donner une forme précise, et graver une inscription ou la marque déposée du fabricant sur une face du savon ou les deux faces, on utilise une estampeuse ou une presse à estamper. La machine qui est actionné à la main ou au pied, se meut verticalement pour frapper le savon normalement on a besoin de matrices s’il faut estamper les deux faces les matrices sont fabriquées en laiton dur pour obtenir une meilleure présentation. La machine du bas est normalement posée dans la casette (ou chemise) qui retient le morceau le savon alors que celle du haut est fixée à la partie mobile. Pour estamper la savonnette, on la place dans la cassette, puis on manœuvre le levier à la main ou au pied. les deux matrices avec les deux gravures de la marque déposée se meuvent verticalement à contre sens du savon qui en conséquence est estampé sur les deux faces. Le savon estampé est automatiquement relâché avec éloignement des matrices.

 

9- Boudineuse ;

 

 

 La boudineuse, appelée également extrudeuse, est une machine qui comprime les copeaux de savon et en fait des barres compactes et solides, aptes au découpage et à l’estampage. Elle se compose d’une trémie fixée sur un tube en métal, d’une forme conique et ressemblant à un canon qui s’effile en pointe vers la filière et dans laquelle tournent une ou deux vis pour pousser le savon vers l’extrémité conique. Quant le savon est introduit dans la chambre de compression, il est poussé à travers un disque métallique perforé (disque cribleur) là on le soumet à une pression élevée pour le comprimer. Le savon sort finalement par la filière à laquelle est fixé une coupeuse de modèle approprié qui coupe le savon, dès sa sorti à la longueur désirée. La filière est munie d’un réchauffement électrique à résistance qui maintient la température entre

40°C 55°C et pour permettre une sorti facile du savon. La température est réglé au moyen d’un thermostat fixé au dessus de la chambre de chauffage afin d’empêcher le savon de cloquer au cas ou la filière est trop chaude, ou de se présenter sous une forme mate quant la température est réduite. Les modèles indiens sont capables de boudiner 20 kilos de savon en une heure).

 

10- Un moulin ou broyeur (cas des savons de toilette) ;

 

 Les moulins sont destinés à rendre le savon plus homogène. Le moulin ou savon se compose d’une trémie posée sur une chambre où le tournant trois ou quatre rouleaux de granit ou d’acier munis d’un système d’engrenage approprié. Les rouleaux sont assemblés de manière à tourner à des vitesses différentes de telle façon qu’ils frottent plus qu’ils n’écrasent. Au moyen d’un dispositif à vis, on règle la pression des rouleaux l’un sur l’autre pour donner au savon en copeau l’épaisseur voulue.

 

11- Malaxeur (cas des savons de toilette) ;

 

Le malaxeur ou almagateur est un appareil que l’on emploi pour malaxer la matière première sèche (sous forme de copeaux ) avec du parfum , des colorant et d’autres additifs la machine se compose d’une trémie fixées à un tonneaux de malaxage muni d’un dispositif d’inclinaison pour permettre un déchargement facile du mélange. Le malaxage se fait par une série d’aubes en acier inoxydable.

 

12- Un thermomètre industriel (300°C maximum ) ;

Important pour le control de la température dans le procédé à froid et mi cuit.

 

13- Matériel de protection ;

 

 Pour un exposé complet confère cour d’initiation en saponification.

Néanmoins on peux citer (gant et botte en caoutchouc, lunette de protection et blousse).

 

Note : Vous remarquerez que monter une unité de production de savon n’est pas aussi difficile que ça. Cependant les unités de production varie en fonction de la capacité de production, le présent exposé est élaboré pour une production de 100Kg à 500kg de savons.

 

Vous pouvez vous inscrire à notre programme de formation à distance et sur site aux techniques de fabrication des savons et détergents en allant sur le lien:

 

http://goo.gl/forms/jrbWGXgwWL

 Merci !

Martial ODEN BELLA

Consultant – Formateur  en saponification artisanale et semi industrielle

Promoteu la STE GIC BELLOMAR

Email ; groupebellomar@yahoo.fr   

Tél. +237675697032

Http://saponification.afrikblog.com

LE MARCHE DU SAVON AU TOGO

LE MARCHE DU SAVON AU TOGO

Le Togo qui a pour capitale Lomé  et une superficie totale de 56.600 km², compte  une population totale de 5 337 000 habitants (Estimation 2006), avec une population en milieu urbaine de 2 082 000 (estimation 2005) et une densité moyenne de 94 habitants par km²( Estimation en 2006).  Le Togo a comme pays frontalier : Au nord, le Burkina Faso, à l’ouest le Ghana, à l’est le Bénin, au sud le Togo est bordé par l’Océan atlantique sur

50 Kilomètres

. Et enfin le Togo est découpé en 5 régions, 30 Préfectures, 4 sous-préfectures, cantons,  villages, quartiers, hameaux  et fermes. Le taux d’alphabétisation de 74,6 (2006 MICS3), démontre que ce pays est constitué en majorité de personnes instruites.

 

Une  analyse empirique du marché du savon au Togo démontre que 5,88% des marques de savons (toilette et lessive) que l’on trouve sur le marché sont des marques locales (fabriqués par des entreprises locales) et 94,12% des marques importées ou produites par des entreprises étrangères installées sur place. On remarque très vite à travers ces chiffres que le marché Togolais du savon est inondé par des produits importés. Un sondage réalisé auprès de 20 ménages par notre contact sur place, nous permet de nous rendre compte, que la prédominance des marques de savons importés est due au fait que les ménages apprécient ces savons a cause de l’aspect esthétique ou de la présentation physique de ces savons. Les savons importés ont une très bonne finition et un emballage attrayant et sont de très bonne qualité contrairement aux savons locaux qui sont moins coûteux (des prix variant entre 100  et 200 FCFA l’unité) comparativement aux savons importés dont les prix varient entre 175 et 500 FCFA l’unité.

 

« Faisons en sorte que le marché africain soit le marché des Africains : produire en Afrique, transformer en Afrique et consommer en Afrique. Produisons ce dont nous avons besoin et consommons ce que nous produisons au lieu de l’importer. » Tel était le souhait exprimé par le feu président du Burkina Faso,Thomas SANKARA dans son discours à Addis-Abeba, le 29 Juillet 1987, quelques mois avant sa mort. Beaucoup penserait que c’est de l’utopie mais nous pensons qu’il est possible pour les Togolais de produire du savon de bonne qualité et ayant de bonne finition comme des savons importés très appréciés de la population. Car on retrouve au Togo l’ensemble des matières premières brutes à savoir l’huile de palme, l’huile de palmiste ; l’huile de coco, l’huile de coton, les plantes thérapeutiques, les produits chimiques ( décomplexant, soude caustique, potasse caustique, stabilisant , antiseptique…etc.) et il est possible aujourd’hui grâce à des services à distance (à exemple de http://saponification.afrikblog.com) d’acquérir le savoir faire adéquat en la matière, l’assistante technique pour le choix de l’équipement, de la matière première, la formation du personnel et des connaissances pratiques pour toute personne désirant se lancer dans des activités de production à domicile.

 

Entreprendre au Togo dans le domaine de la fabrication des savons de lessives et de toilette, est une initiative à valoriser car étant rentable si les entrepreneurs prennent la peine d’acquérir les capacités nécessaires à la création d’unité de production, à acquérir les recettes adaptées aux besoins des consommateurs en tenant compte des matières premières disponible sur place, et des équipements capables de produire au minimum

125 Kg

de savons à l’heure pour des savons de lessive et

500 kg

par jour pour des savons de toilette.

 

Par

 

Martial Gervais ODEN BELLA

 

Consultant – Formateur International en saponification (icaconsulting12@gmail.com et groupebellomar@yahoo.fr)

 

Avec la participation de Mme MOUZOU (participante au programme de formation et de conseil en distance en technique de fabrication des savons au Togo).

 

Plus d’infos sur le http://saponification.afrikblog.com

POURQUOI EST-IL NECESSAIRE DE REALISER UNE ETUDE DE FAISABILITE ?

POURQUOI EST-IL NECESSAIRE DE REALISER UNE ETUDE DE FAISABILITE ?

            Cela fait déjà 7 années que nous avons mis en place le programme de promotion de l’entreprenariat technologique dans le domaine de la chimie industrielle, de la cosmétologie et de l’agroalimentaire à travers lesquel, nous avons noué des partenariats à l’échelle international en vue de satisfaire les nombreuses demandes sur le plan de la fourniture des équipements et du savoir – faire dans le domaine de la chimie industrielle, de la cosmétologie et de l’agroalimentaire. Le GROUPE BELLOMAR, dans le souci d’être plus proche de sa clientèle, après une période de temps, marque une pause pour évaluer son parcours. C’est dans ce cadre nous avons été amené à faire une constatation. Nous avons remarqué effectivement que les personnes (physiques et morales) qui nous contactent n’ont qu’une préoccupation,  acheter du matériel de production (usine ou unité de fabrication de savons, usine de fabrication de tomates concentrées, unité de production d’eau de javel, etc.) Très peu (1 personnes sur 10) acceptent  l’idée de réaliser une étude de faisabilité de leur projet. Lorsque nous essayons d’en savoir un peu plus (pour le cas de ceux qui veulent par exemple produire des savons de toilette), ils disent que la demande est forte et que les savons présents sur le marché sont importés. Pour un début c’est une remarque pertinente, mais s’ils finissent par produire leur savon et à le mettre sur le marché, est ce qu’il sera autant demandé ? Supposons alors qu’ils créent effectivement l’entreprise,

§      sur quelles bases vont-ils recruter les compétences (puisqu’ils ne connaîtront même pas ce qu’il leur faudra) ?

§      Sur quelles bases vont-ils convaincre des personnes éveillées à adhérer au projet ?

Malgré tout cela, ils finissent par mettre le savon de toilette sur le marché et la clientèle qu’ils visaient ne l’achète pas parce qu’elle ne se reconnaît pas dans ce nouveau produit.

§      que deviendra l’entreprise qui vous aura été créée ?

§      que deviendront les machines qui vous auront été achetées?

§      Si pour mettre en place l’entreprise, il aura été sollicité un emprunt, comment sera-t-il rembourser (encore que là vos biens personnels sont exposés) ?

Selon des sources sûres, le taux de faillite des entreprises françaises qui se créent atteint :

§      30% dès la première année ;

§      50% pour la période des 2 premières années ;

§      65% pour les 3 premières années ;

§      75% pour les 4 premières années.

Ce sont là des chiffres effrayants pour ceux qui ont peur de perdre du jour au lendemain tout ce qui auront mis du temps à construire. C’est la raison pour laquelle, nous avons jugé bon de rédiger cet article pour attirer votre attention sur un fait qui peut être banal pour certains, mais qui change radicalement notre manière de penser, et d’agir et du coup nous garantir succès dans nos entreprises : la nécessité de mener ou de faire mener une étude de faisabilité d’un projet que nous jugeons porteur. Une étude dont les résultats vous conduirons tout droit au montage d’un business plan et vous permettrons d’avoir un visibilité de projet et des atouts favorable en vue d’attirer des partenaires et de mobiliser des ressources auprès des banques ou des sociétés de capitaux risques.

            Grâce à l’expérience que notre groupe a acquise, nous avons remarqué que les gens adhèrent mieux à une idée quand ils s’y reconnaissent. Pour ce faire, vous devez apprendre à connaître ces personnes, leurs goûts, leurs rêves, leurs inquiétudes, etc. Pour ce faire, vous devez les observer, les approcher, leur parler, les écouter. Ce n’est qu’une fois que vous saurez ce qu’ils veulent réellement que vous aurez une idée de projet. Vous direz peut-être que si vos résultats sont négatifs, vous aurez investi à perte dans l’enquête. Nous vous rassurons toute suite que vous pouvez avez choisi de mener par exemple une étude sur la demande de savons de toilette mais au bout de cette étude, vous ressortez avec une autre idée, par exemple que c’est pas un savon de toilette qu’il faut mais plutôt un lait de toilette. C’est cela qui constitue l’une des missions que nos partenaires et nous, nous sommes donnés, celle de vous apporter l’expertise dont vous avez besoin pour trouver la bonne idée et la mettre en œuvre. Pour y arriver, voici comment nous procédons :

§      Pour les nouveaux entrepreneurs : à l’aide des outils que nous procédons, nous commençons par étudier les raisons pour lesquelles vous avez choisis de vous lancer dans l’entreprenariat. Etant donné que l’édification d’une entreprise est une tâche très ardue (parce qu’elle exige non seulement une base solide en matière de gestion, mais aussi et surtout beaucoup de sacrifices, de la détermination et de la finesse), nous procédons par la suite à une étude de votre profil psychologique. A l’issue de cette dernière, nous saurons vos points forts et vos points faibles.

§      Pour ceux là qui ont une idée en vue, nous procédons à une évaluation de l’idée de projet. Pour qu’elle soit considérée comme une bonne opportunité, l’appréciation doit être favorable d’au moins 80%.

Maintenant que vous avez une idée, il y a des questions auxquelles, nous devrons trouver ensemble des réponses afin de nous aider à clarifier les points qui constitueront notre force dans le montage du business plan :

§      le promoteur a-t-il des capacités professionnelles par rapport à son projet ?

§      qu’est ce qui démontre que le marché existe, qu’il est accessible et solvable ?

§      qu’est ce qui assure que le projet est au point sur le plan technique, technologique et industriel ?

§      quels sont les garde-fous qui peuvent garantir le contrôle du promoteur sur l’affaire ?

§      l’entrepreneur est-il capable de mobiliser les ressources financières qu’il faut pour réaliser le projet ?

§      comment la future entreprise va se déployer pour créer de la valeur ?

§      Comment va-t-elle se positionner sur la chaîne de valeur de son secteur d’activités ?

Après avoir répondu à ces questions, nous procédons à une étude de faisabilité à laquelle nous attribuons des objectifs économiques et techniques. Il est question ici, dans un premier temps de :

§      mener une étude de marché ;

§      mener une réflexion sur les stratégies de développement ;

§      d’étudier les conditions de production ;

§      d’organiser les moyens à mettre en œuvre ;

§      dresser le bilan des risques et des opportunités

§      et d’élaborer le calendrier de mise en œuvre du projet.

Dans la seconde partie, nous commençons par apprécier la rentabilité du projet à l’aide d’indicateurs. Si elle est satisfaisante, nous lançons dans le montage du dossier financier du projet. Pour ce faire nous :

§      élaborons le programme d’investissement ;

§      définissons les besoins en capitaux de fonctionnement ;

§      évaluons les besoins de financement

§      montons les états financiers prévisionnels.

Une fois cela achevée, nous montons le business plan qui sera en fait votre outil marketing pour votre projet. Pourquoi ? Parce qu’il vous permettra de :

§      rechercher des financements ;

§      rechercher des partenaires et aides multiformes ;

§      recruter des compétences nécessaires à la mise en œuvre de votre projet ;

§      identifier les besoins en formation de votre personnel ;

§      piloter votre entreprise ;

§      convaincre vos actionnaires à investir plus ;

§      amener vos actionnaires à vous donner  quitus pour la mise en œuvre d’un nouveau projet ;

§      négocier des moratoires de remboursement ;

§      de créer un climat de confiance dans vos transactions avec vos fournisseurs et clients.

En conclusion, votre business plan en main, vous saurez :

§      la forme juridique d’entreprise adaptée à vous ;

§      les types d’impôts et de taxes auxquels vous serez soumis et quel moment vous devrez les payer ;

§      qui sont vos concurrents et pourquoi une partie de votre cible aime consommer          leur produit ;

§      les attentes de votre cible, par ricochet ce que vous allez produire et comment vous       le produirez ;

§      où vous achèterez la matière première et à quel coût ;

§      les compétences qu’il vous faut au sein de votre structure ;

§      comment vous vendrez, à qui, à combien et ce que vous ferez pour les garder ;

§      toutes les charges que vous aurez à supporter, ainsi que la manière dont vous vous prendrez pour les réduire au maximum ;

§      ce que vous ferez de vos bénéfices ;

§      ce que vous aurez à faire dans le cas les choses ne se passent pas comme prévue

               Vous allez peut-être trouver le processus long et conclurez qu’il doit être très coûteux. C’est la raison pour laquelle nous tenons à préciser que nous prenons chacun de nos clients individuellement et adoptons comme solution de de service et de paiement celle qui convient à ce dernier.

            C’est sur ce, nous restons à votre disposition pour des informations complémentaires.

Martial Gervais ODEN BELLA

Consultant – Formateur International

 avec la contribution de Rose BIDIAS ABONA