Formation en ligne sur les déchets plastiques:  Une expérience enrichissante pour Carlos Kwitcha

Formation en ligne sur les déchets plastiques: Une expérience enrichissante pour Carlos Kwitcha

 Au lendemain de sa formation, sur la collecte et la commercialisation des déchets plastiques, le jeune camerounais de 30 ans s’est directement mis à son propre compte. Ce qui augure un avenir meilleur.

« Le temps, c’est de l’argent ». Ce proverbe dBenjamin Franklin (1706 – 1790) pourrait s’appliquer aisément à Carlos Kwitcha, 30 ans, titulaire d’une capacité en droit. Au lendemain de sa formation, sur la collecte et la commercialisation des déchets plastiques, le jeune camerounais s’est directement mis à son propre compte. Et  espère  livrer dans les tous prochains jours sa première tonne malgré certaines difficultés. « Je suis à mon 6è jours de collecte et déjà 15000 bouteilles collectées soit l’équivalant de  25 000 FCFA », affirme-t-il.  

 

 Ce n’est pas hasard si Carlos Kwitcha vole aujourd’hui de ses propres ailes. Sa formation sur la plateforme Bellomar Learning a été d’une grande aide d’autant qu’il a appris beaucoup de chose entre autres : la différenciation des matières plastiques, le recyclage etc. Bien plus, « au terme de la formation mon opinion a beaucoup évoluée car je me trouve avec des connaissances dans la gestion des déchets plastiques que je n’avais pas auparavant », témoigne l’entrepreneur, admettant qu’avant cette formation, il n’en savait rien  concernant la problématique des déchets plastiques. 

Si le contenu des modules était intéressant, c’est surtout la méthodologie du travail qui l’a conquise davantage. « La durée du MOOC a permis d’assimiler les cours qui ont été fantastiques. Car l’on vous laisse le temps de bien lire puis une semaine après on évalue et parfois la date était prorogé j’ai trouvé cela génial », confie le célibataire.  Et poursuit : « c’est une première et grande expérience pour moi de suivre une formation en ligne comme campus numérique du Mooc ; je félicite et j’encourage le formateur et les enseignants pour cette initiative qui donne l’opportunité d’avoir une activité génératrice de revenus aux jeunes camerounais qui sont majoritairement sans emploi ».

CH