Auto-emploi au Niger :Bellomar Learning sort David Keita du chômage

Auto-emploi au Niger :Bellomar Learning sort David Keita du chômage

Après sa formation, ce jeune Nigérien a monté sa propre fabrique des produits d’entretien. Un investissement qui porte ses fruits.

Difficile de passer dans les rues de Niamey sans apercevoir sur les étals des produits d’entretien et ménager  que  fabrique et commercialise David Keita. Ce Nigérien est promoteur de TPN (Tout-pour-nettoyage), une entreprise spécialisée dans la fabrication du détergent en liquide, l’eau de javel, acide nitrique… Il  lui a fallu 150.000 FCFA pour monter sa structure sur pied.

Un investissement qu’il ne regrette pas aujourd’hui puisque sa structure se porte bien. A tel point qu’il revendique un chiffre d’affaires de 2,4 millions de FCFA et rêve d’être leader dans tout Niger. Voire dans la sous-région.

Des connaissances techniques

Avant de lancer son business, David Keita avait pris le soin  de se former. Mais pas chez n’importe qui. Il a jeté son dévolu sur Bellomar Learning, une plateforme web multifonctionnel de formation, d’accompagnement, de communication et d’information.  Durant sa formation, David Keita a appris bien des choses.  Il a surtout amélioré ses connaissances techniques.  « Ce qui est le plus important dans mon domaine », admet-il

Un suivi personnalisé

Outre l’apprentissage,  les précieux conseils qu’il  a reçus de ses formateurs lui seront utiles toute la vie.  «J’ai beaucoup suivi M. Oden Bella sur les réseaux sociaux durant des années ;  je constate qu’il a une vision pour la jeunesse africaine dans le monde des affaires », tranche l’entrepreneur.

Christian Happi

Extension :Les activités de Bellomar Learning se déploient en France et en Europe

Extension :Les activités de Bellomar Learning se déploient en France et en Europe

Trois jours seulement après avoir signé un contrat de représentation au Sénégal, la plateforme web multifonctionnel de digital learning  vient de sceller un autre partenariat avec Studengo.

Bellomar Learning, plateforme web multifonctionnel de formation, d’accompagnement, de communication et d’information pour l’industrialisation et le développement durable en Afrique, multiplie des partenariats. Trois jours seulement après avoir signé un contrat de représentation au Sénégal, elle  vient de sceller un autre partenariat gagnant-gagnant avec Studengo, le premier portail web de recherche d’offres de formations entièrement dédié à l’Afrique.

Contrairement aux précédents accords, le  contrat de représentation paraphé le 25 juin 2019 fait d’une part, de Bellomar Learning la représentante au Cameroun et en Afrique de Centrale des activités de Studengo. Et d’autre part, permet à  Studengo d’être le représentant en France et en Europe des activités de Bellomar Learning.  Autrement dit, « chacune des parties est habilitée à représenter l’autre lors de réunions avec des partenaires et de représentations commerciales. Les deux parties pourraient collaborer éventuellement pour l’organisation d’évènements conjoints en relation avec leurs domaines d’activités respectifs », apprend-on.  Et de poursuivre : « Chacune des parties assurera une commercialisation des Produits/services conformément aux standards de qualité et à la politique commerciale de l’autre partie, en respectant les règles en vigueur dans le territoire et en s’assurant de ne pas être en infraction avec la loi sur le dit territoire ».

Ce contrat étant un accord de représentation, aucune exclusivité n’est accordée à l’une ou l’autre partie, chacune des deux parties étant libre de signer d’autres contrats de représentation avec d’autres partenaires stratégiques sur le même territoire Aussi, aucune des deux parties déclarent et garantissent de disposer régulièrement de tous les droits de propriété intellectuelle liés aux produits et service qu’ils proposent, qu’ils n’enfreignent aucun droit de tiers.

Christian Happi

Déploiement: Bellomar Learning à la conquête du Sénégal

Déploiement: Bellomar Learning à la conquête du Sénégal

La plateforme de formation en ligne a signé le 22 juin dernier un contrat de représentation dans le pays de la Téranga avec une ONG de promotion de l’entrepreneuriat féminin.

Bellomar Learning poursuit son déploiement à travers l’Afrique. Après  la Côte d’Ivoire le 15 avril dernier, la plateforme web multifonctionnel de formation ouvre une représentation au Sénégal. C’est l’objectif visé par le  contrat de représentation  signé le 22 juin 2019 à Douala, entre Bella Oden Gervais Martial gérant de Bellomar Learning et Banding GASSAMA président de Cause Première, une ONG de promotion de l’entrepreneuriat féminin et jeune  basée à Ziguinchor au Sénégal. « Les parties ont exprimé leur volonté commune d’instaurer un contrat de partenariat et d’exclusivité. Elles ont souhaitées formaliser leur relation contractuelle afin de bénéficier mutuellement d’un cadre clair et sécurisant, propice au développement de l’entrepreneuriat jeune et féminin au Sénégal », peut-on lire dans ledit document. 

Grâce à  ce partenariat, l’ONG peut désormais distribuer à titre exclusif des produits et services de Bellomar Learning dans le pays de la Téranga.  Mieux, elle assurera une commercialisation des produits et services conforme aux standards de qualité et à la politique commerciale du fournisseur, en respectant les règles en vigueur dans le territoire. Il s’efforcera de promouvoir les produits dans le territoire et de développer leurs ventes. 

De son coté, Bellomar Learning le fournisseur s’engage à satisfaire ses obligations en matière de sécurité, de garantie et de qualité des produits et services. Notamment en assurant une veille quant aux risques que les produits peuvent présenter, ainsi qu’un suivi de ces Produits et en signalant sans délai les risques dont il pourrait avoir connaissance.  De même le fournisseur communiquera au représentant toutes les informations et tous les contenus utiles à la promotion et à la commercialisation des Produits et services, tels les textes, les logos, les images, les vidéos. 

Le contrat a une durée déterminée d’un an et sera renouvelé tacitement pour une ou plusieurs périodes successives d’une durée d’un an. Sauf à ce qu’une partie notifie à l’autre partie, sa volonté de ne pas renouveler le contrat, au moins un mois avant le terme contractuel.

Christian Happi

Développement durable:   Bientôt un MOOC sur les bonnes méthodes culturales face aux variations climatiques

Développement durable: Bientôt un MOOC sur les bonnes méthodes culturales face aux variations climatiques

Les cours, qui commencent le 1er juillet 2019 pour s’achever un mois plus tard, seront animés par le Centre  pour l’environnement, le partenariat et le développement local.

Soucieux de contribuer aux objectifs de développement durable  notamment ses points 1 et 13 qui portent sur la lutte contre la pauvreté et les changements climatiques, Bellomar Learning  lance pour la première fois, une formation en ligne-MOOC- sur l’agriculture paysanne et  les changements climatiques. Les cours, qui commencent le 1er juillet 2019 pour s’achever un mois plus tard, seront animés par le Centre  pour l’environnement, le partenariat et le développement local (CEPDEL). « Le MOOC a pour base l’étude  menée par le  CEPDEL sur le même thème », précise Gervais Martial Oden Bella, chargé de mettre les cours en ligne et par ailleurs initiateur du projet.

Le MOOC sur l’agriculture paysanne et changements climatiques vise entre autres : permettre au public cible à pouvoir comprendre et adopter des méthodes efficaces d’adaptation de l’agriculture paysanne et aux variations climatiques ; montrer comment les éléments variant  du climat impactent sur l’agriculture. Les apprenants pourront, au cours de leur apprentissage, également voir quelques pratiques locales d’adaptation des paysans aux variations climatiques ; apprécier les solutions appropriées pour une meilleure adaptation de l’agriculture aux variations climat, etc.

Pour vous inscrire il suffit de cliquer : https://www.bellomarlearning.com/campus et cliquer sur MOOC Agriculture et changement climatique .

Christian Happi

Entrepreneuriat vert: Un candidat du MOOC se lance dans fabrication des  pavés en plastiques

Entrepreneuriat vert: Un candidat du MOOC se lance dans fabrication des pavés en plastiques

Cette initiative d’Ababacar Thiam, un Sénégalais CEO of SEN Or’Dur, vise à réduire la prolifération des déchets plastiques dans les rues du Sénégal.

Les candidats inscrits à la seconde édition du MOOC collecte et commercialisation des déchets plastiques ne sont pas restés les bras croisés  après leur formation. Certains ont décidé de mettre à profit l’expertise acquise à Bellomar Learning en se lançant dans divers projets. C’est le cas par exemple de Ababacar Thiam, CEO of SEN Or’Dur, une startup sénégalaise évoluant dans la gestion des déchets. Dans les tous prochains jours,  il va mettre  en place, une unité de fabrication des  pavés en plastiques. Des tests de production sont actuellement en cours.  Durant sa formation, «  j’ai compris davantage que c’est une problématique qui dépasse nos frontières et qu’il y’a beaucoup de choses à faire. », témoigne-t-il.

La fabrique sera basée à Dakar, la capitale sénégalaise et doit employer au minimum cinq personne, tous des employés SEN Or’Dur. La matière première provient de la collecte des déchets plastiques. «  Pollution, conséquences sur l’environnement, santé publique, etc. l’impact des déchets plastiques n’est plus à démontrer. Cette pollution implique également  des coûts énormes pour les contribuables et le gouvernement qui doivent nettoyer  ces déchets hors des rues et des plages pour protéger la santé publique. La valorisation des déchets plastiques commence par une bonne collecte, se poursuit par un recyclage », explique le jeune entrepreneur et acteur de développement.

 Ababacar Thiam a fait des études en entrepreneuriat avec Tony Elumelu Entrepreneurship Program (TEEP) et en Business  et Entrepreneurship  avec YALI. Il vient  également d’être retenu à un programme de financement de DiafrikInvest qui ambitionne d’accélérer et d’accompagner la mobilisation des hauts talents, des entrepreneurs et des investisseurs de la diaspora pour dynamiser les relations d’affaires entre l’Europe, le Maroc, la Tunisie et le Sénégal et contribuer ainsi au développement économique. Le projet est cofinancé à 90% par l’union européenne pour un budget total de 2,2 millions €.

C.H.