La 19 eme conférence des  parties de la convention cadre des nations-unies sur le changement climatique (CCNUCC) qui s’est tenu a Varsovie, en Pologne du 11 au 22 Novembre 2013  avait pour objectif de constituer un jalon vers un accord réussi pour 2015,  englobant tous les pays en matière de réduction de gaz à effet de serre .De  ce fait la conférence devait fournir une feuille de route claire pour 2014 et de mettre en place  un calendrier déterminant les pas de temps de la période  menant à la conférence de  2015.

Les principaux sujets traités tout au long de cette convention des parties peuvent se résumé en :

  • le suivi de la mise en oeuvre des decisions deja prises pour la periode 2013-2020;
  • Preparer les negociations futures qui doivent déboucher sur un accord de 2015 au -dela de 2020;
  • Progresser dans la mise en ouvre concrete des actions et des financements.

Tout au long du déroulement de cette 19éme convention des parties, nous avons  pu relevé les faits marquants suivants :

  • le principal emetteur de gaz a effet de serre, la chine , a ameliorer sa performance climatique ;
  •  le royaume – unies connait une chute de ces emissions  de 15%¨et a ameliorer son efficacite energetique ;
  • L’autralie se fixe pour objectif de reduction d’emission de 15 à 25% d’ici 2020 et d’aller jusqu’a 50%  d’ici  2030;
  • Le  canada depasse de plus de 20% ses promesses de reduction d’emissions de copenhague;
  • la creation d’un mecanisme international pour compenser les pertes et dommages lies aux changements climatiques;
  • des promesses de financement de plus de 80 milliards de dollars par an sur les 100 milliars retenus comme objectifs de la cop de varsovie 2013;
  • L’elaboration et la validation d’une feuille de route pour 2014;
  •  la prochaine conference sur le climat retenu pour etre tenu en novembre 2014 à LIMA au PEROU.

A la fin de la cop 19 de Varsovie , on note quelques avancées dans le domaine de la réduction des gaz a effet de serre, mais des efforts restent encore a accomplir de la part des grands pollueurs que sont les Etats-Unis   et la chine . Et compte tenu  de la crise financière internationale, les promesses de financement sont considères  comme  étant difficile a tenir sans un mécanisme efficient de mise en œuvre de ces fonds. De ce  fait les communautés à la base en Afrique, doivent d’avantages s’engager dans des actions de lutte, d’atténuation et d’adaptation au changement climatique.

Martial Gervais ODEN BELLA

Coordonateur national de AYICC CAMEROON ( African Youth Initiative for Climate Change).