Un détergent est un mélange de différents composés minéraux et organique qui mise en solution par exemple dans de l’eau de robinet ou de source, génère un processus impliquant une action physico-chimique permettant le nettoyage d’un état de surface.

      Le principe essentiel est le suivant :

ü  Enlever les salissures des surfaces.

ü  Maintenir les salissures enlevées.

ü  Eliminer les salissures.  

On distingue selon l’œil du profane deux types de détergent, des détergents solide ou en poudre (substance solide, divisé en grain très fins et homogène qui mise en solution sert à nettoyer un support) et détergent liquide (substance liquide et homogène qui mise en solution sert à nettoyer un support).

Dans la famille des détergents en poudre, on rencontre des poudres pour lessive à main et pour machine et des poudres multi usages que l’on trouve  dans nos boutiques de quartier. Et dans la famille des détergents en liquide, on rencontre des liquides vaisselles, des laves vitres, des gels mains, des shampooings, des gels douche etc

 Quels sont les procédés de production d’un détergent ou comment arrive- t-on à fabriquer le détergent ?

Nous devons rappeler ici qu’il existe deux types de détergents à savoir des détergents liquides et des détergents en poudre.

Au sujet des détergents en poudre nous avons des procédés de fabrications industrielles et artisanales.

Sur le plan industriel, la fabrication d’une poudre à laver traditionnel se décompose en trois étapes :

a-Préparation d’un slurry (mélange pâteux poudre et liquide)

b-atomisation du mélange pâteux (pulvérisation sous-pression de la pâte sous haute température).

c- mélange de la part atomisée avec le reste des ingrédients sensible à la température élevée avec un mélangeur adapté.

 Le principe de l’atomisation est un procédé couteux en ingénierie, maintenance, et est un gouffre en énergie.  Cette partie atomisation est pratiquement shuntée au profit de mélange à sec, par des constituants adaptés, pour obtenir des produits finis à un coût moindre et sans une machinerie complexe.

Sur le plan artisanal, les techniques de production a la main ou avec un équipement minimal constitué d’équipement de protection individuelle, d’un mélangeur, d’un séchoir, d’une conditionneuse, repose sur la transformation en savon d’une huile de noix ( huile de palmiste ou huile de coco) par une réaction de saponification avec de la soude caustique car les huiles de noix donne des savons très moussant et cassant qui peuvent facilement se granulé . A la base de ces savons à base d’huile de noix, on ajoute des additifs (agent complexant qui lutte contre les eaux dures c’est-à-dire des eaux qui contiennent des éléments calcium et magnésium qui empêche l’émanation de la mousse, agent blanchissement, agent adoucissant, agent stabilisateur de couleurs et protecteur de linge, agent odorant constitué d’un parfum unique ou d’un mélange de parfum pour donner à notre détergent une très bonne odeur, des agents anti ré déposition de tâches et des enzymes).

Au sujet des détergents liquides, les procédés de production repose sur le malaxage des matières premières constituées de tensioactif anionique, cationique ou amphotérique et non anionique  que l’on appelle couramment des bases lavantes c’est-à-dire des détergents préfabriqués sous forme de gels qu’on associe simplement à un agent assouplissant et épaississant  pour permettre la mise en solution de ceux-ci dans l’eau prétraité et on ajoute tout simplement des agents colorants, stabilisants du produit, un agent complexant, un agent odorant et dans d’autres cas des agents adoucissants , moussant en supplément et traitant. Les détergents liquides obtenus sont conditionné à l’aide d’une remplisseuse de produit liquide dans des emballages plastique solide.

 Comment reconnaitre un bon détergent ?

Un bon détergent en poudre doit présenter une granulométrie uniforme, il doit pouvoir se dissoudre facilement dans de l’eau à température ambiante, présenté un bon pouvoir moussant et odorant, il doit aucunement irriter les mains c’est-à-dire ne doit pas agresser la peau et doit avoir un très bon pouvoir nettoyant. Et un détergent liquide devrait se présenté sous la forme d’une solution homogène, avoir coloration uniforme, un bon pouvoir nettoyant et odorant et devrait rester stable dans la durée c’est-à-dire sans rupture de phase, ni perte de coloration et des propriétés odorantes.

 Les détergents vendus sur le marché africain obéissent-ils aux normes ?

A cette question nous ne pouvons pas répondre par oui ou non. Car sur le marché africain nous avons des détergents liquides qui proviennent de l’Europe et qui répondent aux exigences de la législation européenne en matière de fabrication des produits d’entretiens que nous connaissant tous très exigeantes et gages d’un respect des normes en vigueurs dans le domaine de la détergence et donc le  cout d’achat n’est pas à la porté de la ménagère à revenus faible ou moyens, nous avons aussi des détergents d’origine asiatique qui sont très bon marché, cependant ne respectent pas tous les normes en vigueurs de production car on remarque que sur le plan qualitatif la majeurs partie des constituants sont présentes dans la formulation , mais sur le plan quantitatif ces constituants ne répondent pas toujours aux normes de formulations et certains de ces détergents sont agressif sur la peau et ne présente pas toujours les propriétés nettoyante attendus. Nous avons des détergents de fabrication locales artisanale et industrielle donc certains sont fabriqué en respectant les bonnes pratiques de production dans le domaine et certains pas du tout à cause du non professionnalisme des intervenants.

De plus en plus des détergents qui se retrouvent sur le marché sont fabriqués dans les domiciles privés. Ces produits sont-ils de bonne qualité, quant on sait que la bonne qualité reste la propriété de quelques-uns.

La majeur partie des artisans à domicile, s’approvisionne en matière première chez des détaillants de quartiers dont la plus part n’ont pas des connaissances approfondies du domaine de la commercialisation des produits chimiques, un grand nombre pour avoir des marges importantes trafique les matières premières,  ne respectent pas toujours les normes d’entreposage de produits chimiques, ce qui conduit à une contamination et une détérioration des matières premières qui au final ne présente plus les qualités requises pour une bonne formulation. Ces artisans à domicile ne respectent pas toujours les consignes de sécurités et d’hygiène à la fabrication des produits d’entretiens, n’ont pas des outils adaptés de pesés des matières premières et ce qui conduit pour la plus part des cas à un surdosage des matières premières, ils ne tiennent pas compte de la qualité de l’eau devant être utilisé pour la fabrication  des produits d’entretiens  et des mesures de correction  qui s’impose et on se retrouve dans la majeur partie des cas , avec des détergents qui ont des propriétés moussante et nettoyante très insuffisantes. Les techniques de production repose sur de l’empirisme et de ce fait la composition qualitative et quantitative de ces produits restent toujours douteuse et n’obéit pas aux bonne pratique de fabrication des produits détergents. Et dans ce contexte on ne saurait parler de qualité.

Des informations abondantes existent sur le secteur et sur les procédés de production des détergents sur le marché, lesquels peuvent être considérés comme étant celle qui respecteraient les normes ?

Nous avons des informations provenant des fournisseurs de matières premières qui vendent des formulations à des artisans et aux industrielles, ces formulations ne respectent pas pour la majorité des cas, les critères de présentation d’un procédé de production, sont constitués d’une multitude de matières premières dont certains ont les mêmes propriétés et parfois n’ont pas un impact significatif dans la formulation et tout ceci pour accroître leurs chiffres d’affaire. Les noms des matières premières sont plus la part codé pour un objectif de minimisation de la concurrence et de dépendance des clients aux fournisseurs. Ces fournisseurs n’accompagnent pas toujours leurs clients et restent fermés aux plaintes des clients qui se plaignent de la mauvaise qualité des produits obtenu et qui désire avoir des mesures de corrections car eux-mêmes n’étant pas des professionnelles du domaine. Nous avons des informations provenant du réseau internet et comme nous le savons tous , internet présente du bon et du  mauvais et pour ce qui est des bonne pratiques de productions des détergents , les formulations qu’on y trouve sont pourvu de matières premières que l’on ne retrouve pas toujours sur le continent africain, ces formulations sont parfois des résultats de travaux de laboratoire ne pouvant être adaptés aux contextes de production artisanale et industrielle, les procédés de production gratuit ne sont pas très bien décrits et laissent des zones d’ombres qui ne peuvent être comblé par des profanes à la recherche d’une activité génératrice de revenus. Nos universités vulgarises des connaissances théoriques et non des procédés de production adaptés à notre contexte car les programmes d’enseignement n’intègre pas encore les cours sur les bonnes pratique de production des produits détergents. Enfin nous avons des professionnels du conseil qui ont une expérience diversifié du domaine allant de  recherche et développement, aux renfoncement de capacité dans de nombreux pays , aux expériences de mise en place et de gestion des unités de productions  qui donne bien sur pas gratuitement des informations qui respectent les normes de production.

La production des détergents est un métier spécifique et rigoureux. La Règle fondamentale dans ce métier est dictée  par des produits de consommation courante à valeur ajoutée moindre et à concurrence importante.

Cette règle demande une grande rigueur pour s’approprier un système économique performant. Intervient un « savoir faire » important de l’ensemble des connaissances suivantes:

-chimique

-physique

-génie de procédé

-stratégie achat

-systèmes économiques industriel et commercial.

 

Vous pouvez acquérir toutes ces notions grâce à notre programme de formation et d’accompagnement à distance en technique de fabrication des savons et détergents.

 

 

Martial Gervais ODEN BELLA

Consultant – formateur international en saponification

Tél. +237675697032 E-mail: groupebellomar@yahoo.fr