L’agriculture urbaine : une solution pour la sécurité alimentaire en ville.

L’agriculture urbaine : une solution pour la sécurité alimentaire en ville.
Assurer la sécurité alimentaire des populations en ville reste un défi majeur pour de nombreux états Africains, au regard de l’urbanisation galopante et de la croissance démographique grandissante. A côté des multiples stratégies développées pour faire face à ce défi, l’agriculture urbaine (AU) se présente comme une solution pouvant permettre aux populations urbaines de produire régulièrement,  consommer sainement et assurer leur sécurité alimentaire.   Dans le monde, les villes sont sujettes à des bouleversements qui sont la résultante de la croissance extraordinaire des populations. 50% de la population mondiale vit aujourd’hui dans les villes et ce chiffre devrait passer à 70% d’ici 2050 selon certaines estimations. A cette augmentation considérable de la population s’ajoute les phénomènes de changements climatiques avec leurs incidences directes sur les écosystèmes naturels, les terres agricoles environnantes et la sécurité alimentaire. En outre, l’urbanisation croissante des villes s’opère au détriment des parcelles agricoles qui s’amenuisent au fil du temps. Vu sur ce prisme, trouver des mécanismes durables pour assurer l’alimentation saine des populations en ville devient d’une impérieuse nécessité. L’agriculture urbaine se positionne comme une solution non négligeable pour assurer la sécurité alimentaire des ménages en ville.   Dans son sens large, l’agriculture urbaine consiste à cultiver des plantes et à élever des animaux à l’intérieur  de la ville. Elle permet d’obtenir divers produits alimentaires de divers types de cultures (graines, plantes racines, légumes, champignons, fruits) et d’animaux (volailles, lapins, chèvres, moutons, bétail, cochons, cochons d’Inde, poissons, etc.). Sur un plan restreint, les techniques d’agriculture urbaine: Sac potager, cultures verticales, bouteilles à réserve d’eau, bac à double fond et culture en pot ; permettent de produire durablement dans des espaces restreints. Le matériel de production utilisé, bouteilles plastiques vides d’eau minérale, sac vide de riz, récipients plastiques, sont récupérés dans l’environnement contribuant à l’assainissement du milieu. Le substrat utilise la matière organique décomposée (compost) dont la promotion contribue à une meilleure gestion des ordures ménagères avec pour incidence la réduction des effets des changements climatiques. La fertilisation est assurée par les déjections de poule ce qui favorise une production durable et saine des aliments. La maitrise des doses d’eau pour arrosage limite le gaspillage et la concurrence à l’utilisation de l’eau. Les aliments sont produits et consommés localement. Ceux-ci sont plus frais, plus nourrissants et à des prix compétitifs car ils sont transportés sur de plus courtes distances et nécessitent moins de réfrigération. Les consommateurs en particulier les résidents des villes qui ont de faibles revenus ont plus facilement accès à des produits frais et ils bénéficient d’un plus grand choix et de meilleurs prix. Mais alors, pour permettre à l’AU de jouer pleinement son rôle comme solution à la sécurité alimentaire, les décideurs devraient :
  • Encadrer la pratique de l’agriculture urbaine à travers la définition d’un cadre légale et réglementaire ;
  • Intégrer le développement de la promotion de l’AU dans les politiques agricoles nationales;
  • Promouvoir et accompagner l’entrepreneuriat jeune dans le secteur de l’agriculture urbaine.
Ces mesures permettraient non seulement d’accroitre l’accessibilité, la disponibilité, la qualité et la régularité des aliments, mais aussi de fournir des emplois, améliore les revenus des ménages et favoriser la cohésion sociale.     KONDZOU TAKUETE J.F, Agricultural Engineer  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *