FORMATION DES JEUNES ETUDIANTS EN SECURITE INCENDIE DU 10 FEVRIER 2006

Ecrit par groupebellomar

Le octobre 15, 2007

9_f_vrier_025 

Organisé par : Le GIC BELLOMAR 

En collaboration avec   LE 20 éme  GROUPEMENT DES SAPEURS POMPIERS.

 

 

I-INTRODUCTION

            Les incendies font chaque année de nombreuses victimes et entraînent des destructions considérables (maisons, entreprises, forêt…). La plupart sont la conséquence d’une imprévision ou d’une imprudence.

Le jeune qui souhaite entrer dans la vie active et qui n’est pas sapeur pompier ne devrait pas confondre son rôle avec celui des spécialistes de la lutte contre l’incendie. Mais il doit connaître :

– Le mécanisme de l’incendie et ses causes (« le triangle de feu ») ;

– La prévention de l’incendie ;

– Les gestes simples qui peuvent empêcher l’éclosion d’un incendie ;

– La façon d’alerter les sapeurs pompiers ;

– La conduite à tenir en présence  d’une personne dont les vêtements ont pris feu ;

– Le dégagement d’une victime dans un local enfumé ;

– L’utilisation des extincteurs d’incendie ;

            Dans cette optique et dans le cadre d’un projet embryonnaire de renforcement des capacités des jeunes à la lutte contre l’incendie, le GIC BELLOMAR SERVICES (groupe d’initiative commune pour le développement communautaire du Cameroun) et le 20 éme groupement des sapeurs pompiers basé à NGODI (Douala) ont animé le vendredi 10 février 2006 un atelier de formation des jeunes à la lutte contre l’incendie.

II-DEROULEMENT DE

LA FORMATION

            Le 10 février 2006 s’est déroulé un séminaire de formation en sécurité incendie au camp des sapeurs pompiers à NGODI (Douala) organisé par le GIC BELLOMAR SERVICES en collaboration avec le 20éme groupement des sapeurs pompiers de Douala et dirigé par le sergent chef SAKENG. Le séminaire à débuter à 13 heures et a vu la participation de 34 personnes venues d’horizons divers (membre du GIC BELLOMAR, secouristes, étudiants…).

Au départ le sergent chef SAKENG a fait le tour des généralités ; puis nous sommes entrés en pleins pieds dans la formation proprement dite qui portait sur les points suivants :

– Les feux (définition) ;

– Les types de feux ; les classes de feux ;

– Les modes de propagation des feux ;

– l’outil de lutte contre l’incendie : l’extincteur ;

– Un cas pratique sur le terrain.

            Ainsi, le sergent chef SAKENG nous a successivement présenté la définition d’un feu, le triangle de feu, les modes de propagation du feu. Puis, suite à la question d’un séminariste, il a jugé utile de nous parler des classes de feux (classe A, classe B, classe C et D).

            En plus, nous avons examinés les types de feu, l’outil de lutte contre l’incendie : l’extincteur. Dans le cadre de  l’extincteur, le sergent l’a défini, l’a caractérisé (extincteur à eau, à mousse, au CO2, à poudre) et a énuméré les précautions à prendre quant à son utilisation. Il a ajouté que l’extincteur était beaucoup plus utilisé pour les feux simples, car pour les incendies, il est indispensable de faire appel aux sapeurs pompiers. Après les questions et réactions des séminaristes, la séance théorique a pris fin et a laissé place au cas pratique après trois minutes de pause.

            Le travail sur le terrain a consisté à allumer un feu (réaliser par le sergent chef et un collaborateur) et à l’éteindre. Malheureusement l’extincteur nous a lâché à cause d’une manœuvre incorrecte d’un de nos camarades ; l’extincteur n’avait plus de pression. Cependant, nous avons appris la conduite à tenir et les gestes à pratiquer/à exécuter pour éteindre le feu. Tour à tour, chacun de nous a fait la pratique. Puis, nous avons pris des pauses- photos.

            De retour en salle nous avons procédé à l’évaluation de la formation. Les points suivants ont été retenus :

– L’appréciation de l’éthique du sapeur inscrite au mur de la salle de formation ;

– La satisfaction des séminaristes par rapport au contenu de la formation ;

– L’aisance et les diverses explications du formateur.

            Le programme de la formation étant épuisé la séance s’est achevé à 16h.

III- DIFFICULTES RENCONTREES

 

– La sensibilisation a  été difficile à cause de l’ignorance des gens sur l’importance de l’acquisition des notions de base sur la sécurité incendie.

– La formation étant essentiellement animé en français, les anglophones présents dans la salle ont eu des difficultés à cerner le contenu du cours.

– Lors de la phase pratique, l’extincteur na pas fonctionné à cause du manque de pression interne.

 

IV- PERSPECTIVES

 

– Animation bilingue des prochaines formations ;

– Sensibiliser les jeunes sur l’acquisition des notions de base en sécurité incendie.

– Organiser régulièrement des ateliers de formation.

– Insérer dans ce programme de formation une rubrique « gestes qui sauvent en cas d’incendie ».

 

V- CONCLUSION

 

En définitive cette formation qui avait pour objectif de renforcer les capacités des jeunes à la lutte contre l’incendie a vu la satisfaction de la quasi-totalité des séminaristes et nous a donc encouragé à organiser une nouvelle formation dans un futur très proche.

VI- REMERCIEMENTS

            Nos remerciements vont à l’endroit :

-Du commandant du 20ème groupement des sapeurs pompiers pour avoir accordé la tenue de cet atelier ;

-Du capitaine EKOSSO L. FRANCIS, pour sa très grande contribution à la réussite de l’atelier et sa disponibilité ;

-Le Sergent chef SAKENG pour sa disponibilité et la qualité de la formation plus qu’appréciable ;

-Le responsable du JMDS international pour son soutien incontesté ;

-Et enfin tous les membres du GIC BELLOMAR   et tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à la réussite de l’atelier de renforcement des capacités des jeunes à la lutte contre l’incendie.

   

 

                                                  

Rapport mis en ligne par : Martial ODEN BELLA

Contact: GIC BELLOMAR 

BP.1010 DOUALA CAMEROUN

tél.+2376319473/+2379625690

Vous pourriez aussi aimer…

21 Commentaires

  1. ferdy

    bonjour j’ai lu votre article sur le net , et je me demande si vous formiez toujours en sécurité incendie au Cameroun si oui Je repond au 679 22 99 79 Adresse mail : ferdymba1@gmail.com
    je vouq remercie

    Réponse
  2. Didier Abolo

    Bonjour,
    Je suis Superviseur HSE dans une entreprise d’exploration de fer (Caminex Sa) au Cameroun, et Promoteur de l’association HSE Cameroon pour la promotion de l’hygiène, la sécurité et l’environnement en milieu rural. Avec l’avènement de l’assurance volontaire par la CNPS (Caisse nationale de prévoyance sociale) la sensibilisation des travailleurs indépendants et leur formation sur les bonnes pratiques en Hygiène et Sécurité et Environnement commence à ZERO ! Je cherche des partenaires pour atteindre ces objectifs !
    Meilleurs voeux à tous !
    237698888706

    Réponse
  3. Chrshome

    Bonjour, je suis Camerounais vivant en France, de formation SSIAP1, SSIAP2, SSIAP3, Cordonateur systeme securite incendie en master1 qualité hygiene securite et environnement en ce moment et j envisage travailler au Cameroun. Pourriez vous me conseiller svp. Cordialement Chrshome00@gmail.com
    00 33 6 58 09 21 39

    Réponse
  4. Pat n' Co

    Je cherche a trouver de la documentation sur les etudes statistiques en matière d’incendies au Cameroun. Quelqu’un pourras t-il me guider afin de nourrir mon mémoir de recherches ?
    mon adresse mail archi-pat@wanadoo.fr

    Réponse
  5. nike air jordan

    share
    The most profound exception to entropy is the creation of life.

    Réponse
  6. jordan shoes

    share
    Taking root in factual living world is the only way out for the philosophy in modern China.

    Réponse
  7. Christian Loubou

    día cada país africano celebrará los héroes y las heroínas, los líderes

    Réponse
  8. Air Jordan 1

    If I could rearrange the alphabet,I’d put Y and I together
    If I could rearrange the alphabet,I’d put Y and I together

    Réponse
  9. Coach Bags

    Thanks for posting this. i really had good time reading this.

    Réponse
  10. supra shoes

    Les investigations ont montré que le réseau des faux monnayeurs avait envoyé des centaines de milliers de faux billets de 10.000 CFA, en Côte d’Ivoire peu avant la tentative de coup d’Etat de 2002.

    Réponse
  11. Cheap Air Jordan

    The great pleasure in life is doing what people say you can not do

    Réponse
  12. air jordans

    Air Jordan
    Open Doraemon Nobita’s dinosaur to the movie theater first~

    Réponse
  13. globalimpi

    agent SSIAP
    bonjour je suis titulaire du SSIAP 1 et 2 et des modules pompiers et j’aimerais beaucoup travailler au cameroun dans le domaine de la sécurité incendie y’aurait-il quelqu’un qui puisse me conseiller et me renseigner si possible mon contact c’est le 0640311608

    Réponse
  14. az

    securité incendie
    je suis 1 agent de securité incendii je reside a douala tel 99701390ou74012980

    Réponse
  15. ngan ndjepel

    je suis interessé par vos prestrations sur la securité incendie; nous avons pensé a cet effet ouvrir une ecole de formation professionnelle nous comptons sur vous pour une bonne collaboration dans ce sens
    je reponds au tel 237 77 24 79 88
    je suis l’un des responsable du centre de formation professionnelle ciadis amour et fraternite
    si vous recevez mon email je voudrais entrer en contact avec vous

    Réponse
  16. charles

    just pour savoir
    c’est avec beacoup d’interet que j’ai lu cet article concernant la formation en securité.
    en fait je suis un jeune camerounais,electrotechnicien de profession.Ce serais pour moi un grand plaisir de pouvoir avoir une formationb certifier en ssiap si oui, comment fair?merçi de me repondre à cet adresse:ebwacha@yahoo.fr

    Réponse
  17. RON

    Capitaine Ekosso
    Vous pouvez joindre le capitaine ekosso au 0023796418197 ou flekosso@yahoo.fr

    Réponse
  18. max

    contact
    camerouais residant en france j’ai lus votre artcle avec grand intéret je vous propose un partenariat ,j’ai des projets sur le cameroun dans le secteur de la sécurité incendie ;je suis certifié SSIAP, technicien hygiene et securité dans les entreprises et menbre de L’AFTIM association française des techniciens ingenieurs de securité et médecins du travail.mon contact tel 0617428686

    Réponse
  19. FONTEMANGE CALVI

    bjr je viens de lire votre article et souhaite entre en contact avec le capitaine EKOSSO L. FRANCIS je suis chef de service de securite incendie a clermont ferrand(SSIAP3) voici mon num:0625956059

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *