Comment protéger ses aliments à l’heure du Covid-19 ? Cas pratique

Ecrit par groupebellomar

Le avril 4, 2020

Megna Salifou, un ingénieur en chimie industriel sous la supervision de Bella Oden Martial, expert en chimie industrielle a développé un emballage plastique 100% biodégradable et anti bactérien. Il ne reste plus qu’à lancer la production.

Face à la pandémie du coronavirus (Covid-19) qui sévit au Cameroun, les pistes de solutions se multiplient pour limiter sa propagation. Parmi celles-ci, la production un emballage plastique 100% biodégradable et anti bactérien.

Une alternative aux procédures de recyclage plus traditionnel

Cette innovation est une réponse à l’interdiction des emballages plastiques non biodégradable au Cameroun. Mais surtout, une solution  pour la protection des aliments à l’heure du Covid-19. Le dernier bilan de cette pandémie parle de 506 personnes infectées sur le territoire national. « Le recyclage biologique ou biodégradation des polymères peut alors être considéré comme une alternative aux procédures de recyclage plus traditionnel.  Ce qui a poussé des chercheurs à synthétiser et à utiliser de nouveaux polymères qui peuvent être renvoyés au cycle biologique après utilisation », explique Megna Salifou. C’est un ingénieur en chimie industriel et génie de l’environnement de l’École nationale supérieure des sciences agro-industrielles (ENSAI.)

En effet, l’utilisation de biopolymères naturels  constitue la base de la formulation du bioplastique à partir de deux biopolymères : Déchet d’un type de produit marin/amidon de manioc.

Les biopolymères naturels

D’ailleurs, l’on observe actuellement un regain d’intérêt pour le développement de matériaux biodégradables issus de biopolymères naturels. Parmi les biopolymères naturels, l’amidon est considéré comme la matière première la plus prometteuse pour l’élaboration de nouveaux matériaux plus respectueux de l’environnement. «Après de nombreuses recherches, le constat fait est que l’extrait du  Déchet d’un type de produit marin que nous avons employés dans cette formulation, possède plusieurs propriétés qu’on peut exploiter dans de nombreux domaines à savoir la médecine, la cosmétique, le traitement des eaux, l’agriculture, l’agroalimentaire, l’emballage », indique Gervais Martial Bella Oden, expert en chimie industrielle dans le cadre des travaux de fin de cycle ingénieur au sein de la société GIC Bellomar.

Pour créer une entreprise de production des emballages plastiques biodégradables et antibactérien, Megna Salifou a besoin pour la première année de démarrage 189, 62 millions de FCFA. Le seuil de rentabilité est de près de 260 millions FCFA et l’indice de profitabilité est de 1,56 FCFA.

Christian Happi

Vous pourriez aussi aimer…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *