Cameroun-Foncier rural : 40jeunes entrepreneurs agricoles à l’école du plaidoyer et de la mobilisation des ressources financières

Cameroun-Foncier rural : 40jeunes entrepreneurs agricoles à l’école du plaidoyer et de la mobilisation des ressources financières
Un atelier de formation et de renforcement des capacités sur le foncier et l’accès au financement à la base s’est tenu ce 24 octobre 2018 au  siège de la Concertation Nationale des Organisations Paysannes  du Cameroun (CNOP-CAM à Yaoundé).

Éclairer les jeunes entrepreneurs agricoles tout en les dotant de capacités leur permettant de négocier des financements auprès du gouvernement et de ses partenaires, voilà des mots qui motivent à suffisance la tenue ce 24 octobre 2018 d’un atelier sur le plaidoyer et la mobilisation des ressources financières à l’attention de jeunes entrepreneurs agricoles des régions du Centre,du Sud et de l’Est Cameroun.

Cette formation qui s’inscrit dans une approche visant à professionnaliser les jeunes entrepreneurs pour en faire de véritables managers d’entreprises agricoles, veut aussi  répondre à deux des principales difficultés auxquelles font face les jeunes entrepreneurs agricoles: l’accès à la terre et la mobilisation des ressources financières.

Cette rencontre organisée par CNOP-Cam (faitière nationale des organisations paysannes) et facilitée par Roger ESSAM ETOUA etJoël NGOUNDE avait pour objectif d’amener les jeunes à s’approprier le plaidoyer comme un outil permettant d’améliorer leur relation avec l’administration, les partenaires au développement et les bailleurs de fonds. Bien au-delà, « il était question d’éclairer les jeunes sur leur capacité à négocier soit un financement ou un espace agricole. » explique Mme Elisabeth Atangana, présidente de la CNOP-Cam.

Pour y parvenir, la méthodologie était axée sur la pratique et liée aux besoins des participants. Divisés en deux groupes, ils ont eu droit pour les uns à un cours intense et approfondi sur le plaidoyer pendant que les autres abordaient le foncier rural.

Pour Roger ESSAM ETOUA, expert consultant et formateur en plaidoyer, les jeunes doivent être en mesure d’ « identifier les acteurs en présence, de dresser une cartographie des financements disponibles, d’opérer des alliances stratégiques » ; ce qui implique une nécessaire intégration des grandes plateformes pour une action en synergie.

Joël NGOUNDE, expert consultant et spécialiste du foncier rural quant à lui relève que «  la nécessaire maîtrise du cadre juridique en matière foncière se veut un atout majeur que les jeunes entrepreneurs gagneraient à avoir ».L’ouverture au  dialogue est une aptitude qui est ici encouragée.

Au terme des travaux, les participants ont bénéficié d’astuces qui pourront leur permettre d’agir plus sereinement dans la mise en œuvre de leurs projets respectifs. Nul doute qu’au terme de cette rencontre, ils ont désormais les capacités nécessaires pour conduire un plaidoyer dans l’optique d’obtenir soit des terres, soit un financement.

« je suis satisfait des connaissances que nous venons d’acquérir, on en avait vraiment besoin. » soutient Oyama, jeune entrepreneur agricole formé par la Chaîne de solidarité et d’appui aux actions de développement durable (CHASAADD) à Mfou.

Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’appui aux organisations paysannes en Afrique (PAOPA). PAOPA est un programme de renforcement de capacités institutionnelles des Organisations paysannes régionales et nationales en Afrique, ainsi que leur rôle dans l’élaboration des politiques sectorielles et dans la mise en œuvre des projets de développement agricole.

Blondel SILENOU  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *